La répétition mise à l’épreuve – programme de films

Oliver Husain, image fixe tirée de Item Number, 2012, 16 min. Avec l’aimble permission de l’artiste.

Du 2 septembre au 3 novembre 2016

Marwa Arsanios, Cana Bilir-Meier / Liesa Kovacs / Lisa Kaeppler en collaboration avec Nora Jacobs, Keren Cytter, Carola Dertnig, Ana Hoffner, Oliver Husain, Eva Könnemann, Jasmina Metwaly et Philip Rizk, Marlies Pöschl, Isa Rosenberger, Susanne Sachsse, Eske Schlüters, Maya Schweizer, Clemens von Wedemeyer

Commissaires
Sabeth Buchmann, Ilse Lafer et Constanze Ruhm

La vie des interprètes – La passion à l’œuvre – (Re)Constituer la vie

Ce programme de films, qui fait partie intégrante de l’exposition La répétition mise à l’épreuve, réunit quatorze productions réalisées entre 2006 et 2015. Il a pour toile de fond trois œuvres majeures ayant joué un rôle essentiel dans l’élaboration du projet dans son ensemble depuis 2012 : Lives of Performers d’Yvonne Rainer (1972), Passion et Scénario du film Passion de Jean-Luc Godard (tous deux de 1982) et le film underground italien Anna d’Alberto Grifi et Massimo Sarchielli (1972–1975). Le programme s’articule librement autour de sujets et de discours précis soulevés par ces trois œuvres qui, à leur sortie, ont marqué un tournant décisif dans la pratique artistique de chacun des réalisateurs-artistes et qui, de manière plus générale, ont fortement influencé la pratique politico-artistique d’autres artistes et cinéastes de leur génération et des générations suivantes. En même temps, les trois parties du programme reflètent les axes conceptuels respectifs des trois galeries participantes.

 

PROGRAMME 1
La vie des interprètes (avant la répétition)

La première partie du programme, La vie des interprètes (avant la répétition), se rapporte à Lives of Performers d’Yvonne Rainer en tant que cadre original de La répétition à l’épreuve et elle tente de suivre certains filons conceptuels et narratifs dans diverses directions (contemporaines) : on y aborde des sujets et des enjeux issus de l’histoire de l’interrelation entre l’art conceptuel et la danse-performance pour laquelle la méthodologie de la répétition fournit un mode d’interrogation; le studio de répétition de l’artiste ou la scène devient le lieu où se traite « la vie des interprètes » en suspens entre collectivités et subjectivités, entre travail et plaisir; on y met en lumière les relations de pouvoir complexes et changeantes entre les metteurs en scène et les acteurs-interprètes; et on y joue avec l’entrelacement indissoluble entre réalité et fiction, dévoilant ainsi des processus de répétition souvent douloureux lors desquels la négociation entre la vraie vie et la performance – et les notions connexes du travail – peut mener autant à des pièges réels qu’à des embûches fictives.

Maya Schweizer, Before the Rehearsal (États-Unis/France 2009, 16 min) / Eva Könnemann, Ensemble (Allemagne, 2010, 83 min) / Marlies Pöschl, Sternheim (Autriche, 2011, 35 min 9 s) / Maya Schweizer et Clemens von Wedemeyer, Rien du tout (Allemagne/France, 2006, 30 min)

 

PROGRAMME 2
La passion à l’œuvre

La deuxième partie du programme, La passion à l’œuvre, renvoie directement à Godard et à son investigation continue du rapport entre le travail, l’amour et la production d’images qui sont « basés sur un scénario » : il essaie d’écrire le scénario d’un film en images plutôt qu’en mots, de rendre visibles un scénario et sa dimension économique. Le désir « de voir un scénario » (plutôt que de l’écrire) est le point de départ du travail de Godard sur la genèse et la nature des scénarios. « Il n’y a pas de modèle, il n’y a que du modelage » a écrit Godard dans un autre contexte; entre le scénario et son actualisation performative, d’innombrables répétitions, variations et aberrations surgissent. Les films inclus dans cette partie du programme explorent non seulement la passion du travail/de travailler, mais aussi l’impératif (néo-libéral) de « travailler sur soi » et le moment où la répétition productive (par ses variations) devient un exercice d’entraînement monotone de quelqu’un qui, contre toute attente, essaie – à la fois inlassablement et vainement – de nager à contre-courant.

Oliver Husain, Item Number (Canada, 2012, 16 min) / Cana Bilir-Meier, Liesa Kovacs, Lisa Kaeppler et Nora Jacobs, Nora (Autriche, 2014, 11 min 28 s) / Keren Cytter, The Victim (Allemagne, 2006, 5 min) / Susanne Sachsse, Serious Ladies (Allemagne, 2013, 21 min) / Carola Dertnig, Some exercise in complex seeing is needed (Autriche, 2012, 3 min)

 

PROGRAMME 3
(Re)Constituer la vie : après la répétition

La troisième partie du programme, (Re)Constituer la vie : après la répétition, porte sur la notion d’inachèvement à la fois inévitable, mais indispensable, dans les processus historiques révolutionnaires et sa façon de former un moment invariablement contemporain, ce qui établit de même un lien avec l’inachèvement inhérent et constitutif de la « répétition ». L’échec d’un scénario, d’une révolution ou d’une répétition est aussi relié aux corps et aux subjectivités qui répètent, qui sont littéralement « dans la rue », bien qu’ils entraînent leurs corps dans des établissements comme les écoles, les théâtres ou les usines. Ces corps sont néanmoins toujours « sans abri » et donc également exposés à différentes formes de violence véritables ou historiques qui refont surface dans les reconstitutions d’un traumatisme. Quand un corps en répétition devient-il un corps politique? Quand la « répétition » devient-elle politique, façonnant les corporalités individuelles et collectives (manifestations étudiantes, entités révolutionnaires, collectifs étranges, groupes de musique et classes de ballet dont les lieux d’entraînement deviennent parfois des champs de bataille)? Quel rapport unit les travailleurs aux artistes et comment les reconstitutions se défont-elles du traumatisme, si tel est le cas? Ici, l’histoire elle-même devient l’interprète en herbe en train d’être examiné lors d’une distribution de rôles symbolique. Et finalement, on revient au point de départ. « Après la répétition » précède toujours « avant la répétition » précède toujours « après la répétition ». Ici, c’est l’actrice Delphine Seyrig qui prend les rênes pour montrer à une jeune réalisatrice inexpérimentée – Chantal Akerman en 1975 – « comment répéter ».

Ana Hoffner, Transferred Memories – Embodied Documents (Autriche, 2014, 14 min 35 s) / Jasmina Metwaly et Philip Rizk, Barra Fel’Share / Out on the Street (Égypte, 2015, 71 min) / Marwa Arsanios, Olga’s Notes, All Those Restless Bodies (Égypte, 2015, 23 min), Isa Rosenberger, Espiral (Autriche, 2011, 14 min), Eske Schlüters, After the Rehearsal (Allemagne, 2008, 8 min)

Horaire de projection

Suivez ce lien pour de brèves descriptions des quatroze films (en version anglaise uniquement).

 

PROGRAMME 1 (durée : 2 h 45)
La vie des interprètes (avant la répétition)

Mardi au vendredi : 12 h 00 | Samedi : 11 h 00
Maya Schweizer, Before the Rehearsal (États-Unis/France, 2009, 16 min)

Mardi au vendredi : 12 h 17 | Samedi : 11 h 17
Eva Könnemann, Ensemble (Allemagne, 2010, 83 min)

Mardi au vendredi : 13 h 40 | Samedi : 12 h 40
Marlies Pöschl, Sternheim (Autriche, 2011, 35 min 9 s)

Mardi au vendredi : 14 h 16 | Samedi : 13 h 16
Maya Schweizer et Clemens von Wedemeyer, Rien du tout (Allemagne/France, 2006, 30 min)

 

PROGRAMME 2 (durée : 57 minutes)
La passion à l’œuvre

Mardi au vendredi : 14 h 46 | Samedi : 13 h 46
Oliver Husain, Item Number (Canada, 2012, 16 min)

Mardi au vendredi : 15 h 02 | Samedi : 14 h 02
Cana Bilir-Meier, Liesa Kovacs, Lisa Kaeppler et Nora Jacobs, Nora (Autriche, 2014, 11 min 28 s)

Mardi au vendredi : 15 h 16 | Samedi : 14 h 16
Keren Cytter, The Victim (Allemagne, 2006, 5 min)

Mardi au vendredi : 15 h 21 | Samedi : 14 h 21
Susanne Sachsse, Serious Ladies (Allemagne, 2013, 21 min)

Mardi au vendredi : 15 h 42 | Samedi : 14 h 42
Carola Dertnig, Some exercise in complex seeing is needed (Autriche, 2012, 3 min)

 

PROGRAMME 3 (durée : 2 h 12)
(Re)Constituer la vie : après la répétition

Mardi au vendredi : 15 h 45 | Samedi : 14 h 45
Ana Hoffner, Transferred Memories – Embodied Documents (Autriche, 2014, 14 min 35 s)

Mardi au vendredi : 16 h 00 | Samedi : 15 h 00
Jasmina Metwaly et Philip Rizk, Barra Fel’Share / Out on the Street (Égypte, 2015, 71 min)

Mardi au vendredi : 17 h 12 | Samedi : 16 h 12
Marwa Arsanios, Olga’s Notes, All Those Restless Bodies (Égypte, 2015, 23 min)

Mardi au vendredi : 17 h 36 | Samedi : 16 h 36
Isa Rosenberger, Espiral (Autriche, 2011, 14 min)

Mardi au vendredi : 17 h 50 | Samedi : 16 h 50
Eske Schlüters, After the Rehearsal (Allemagne, 2008, 8 min)

Exposition

La répétition mise à l’épreuve
2016.09.01 - 11.26

Exposition collective organisée par Sabeth Buchmann, Ilse Lafer et Constanze Ruhm et présentée à VOX, centre de l’image contemporaine en partenariat avec la Galerie Leonard & Bina Ellen et SBC galerie d’art contemporain. 

Lire plus