Clément de Gaulejac. Les naufrageurs
Exposition jeunesse

Clément de Gaulejac, Les naufrageurs, illustration, 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Clément de Gaulejac, Les naufrageurs, illustration, 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Clément de Gaulejac, Les naufrageurs, illustration, 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Clément de Gaulejac, Les naufrageurs, illustration, 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Clément de Gaulejac. Les naufrageurs, VOX, du 3 septembre au 5 décembre 2015. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Crédit : Michel Brunelle
2015.09.03 - 12.05

Clément de Gaulejac

Vernissage et lancement du livre le 3 septembre 2015 à 17 h

Vernissage famille le 12 septembre 2015
à 13 h

Il était une fois un peuple moderne. Un jour, les hommes et les femmes qui le composaient se dirent : « Élevons une tour au sommet de laquelle nous allumerons un feu qui se verra de partout ; ainsi, nous saurons toujours où nous sommes au milieu de ce qui est. » Ils se mirent aussitôt au travail. La tour penchait un peu, mais elle se voyait bien, les constructeurs étaient contents. Ils se disaient que l’on vivrait mieux désormais…

Un phare aux allures de tour de Babel, une foreuse cyclope et un panier d’épicerie clandestin sont quelques-unes des figures mises en scène par Clément de Gaulejac dans une installation visuelle et sonore créée tout spécialement pour les jeunes de 8 à 12 ans. Dans un univers à la fois ludique et énigmatique, l’artiste nous invite à réfléchir aux mythes qui structurent notre compréhension du monde et à user de notre capacité à se les approprier et, pourquoi pas, à les réinventer. Comment ? Au moyen d’un savant dosage d’humour, d’inventions métaphoriques et de jeux linguistiques – les outils privilégiés par Clément de Gaulejac pour affronter les défis du monde moderne. Des activités de médiation, taillées sur mesure pour les petits et grands, accompagnent l’exposition et permettent de réfléchir, sur le mode du jeu et du détournement de sens, au pouvoir paradoxal du langage, ce formidable outil de communication qui demeure une perpétuelle source de malentendus.

Projet financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal. En partenariat avec La mauvaise tête, La Maison Théâtre et CIBL.

Biographie

Clément de Gaulejac

Le travail de Clément de Gaulejac se caractérise par une recherche sur la portée et les limites du langage. Dans une démarche empreinte d’humour, il met en scène…

Lire plus

Entretien

Visionnez l’entretien réalisé avec Clément de Gaulejac dans le cadre de son exposition à VOX.

Voir l’entretien

Activités de médiation

L’exposition Les Naufrageurs est l’occasion pour VOX d’expérimenter et d’innover en mettant en place de nouvelles formes d’activités de médiation culturelle qui, notamment, s’adressent aux groupes scolaires, aux familles et aux groupes d’adultes en processus de francisation.

Lire plus

Embabeler la langue

CLÉMENT DE GAULEJAC

La légende des naufrageurs est une histoire construite à partir d’une autre, très ancienne, le mythe de la tour de Babel. Ce récit biblique est l’histoire d’un peuple qui avait lui aussi un projet universel : celui de « se faire un nom afin de ne pas être dispersés sur les faces de toute la terre ». Ce peuple avait pour ce faire décidé de bâtir « une ville et une tour dont la tête serait au ciel ». Quand Dieu voit s’élever la tour, il comprend que s’il laisse faire les humains, « plus rien ne leur sera impossible ». Il décide alors de les interrompre d’une manière pour le moins surprenante : il « embabèle » leur langue. Ainsi le nom de Babel viendrait non pas d’un lieu (on pense souvent à l’ancienne Babylone), mais d’un verbe. Un verbe à usage unique qui décrit cette action par laquelle Dieu a embabelé la langue des hommes, ce qui a eu pour effet de les empêcher de se comprendre, mais aussi – et c’est moins connu – de les éparpiller sur la surface de toute la Terre.

Tous les éléments de l’histoire de Babel se retrouvent dans celle des Naufrageurs. Cette variation sur un même thème est le propre des mythes. Il est difficile d’en expliciter le sens profond, mais les petites différences nous parlent. Ainsi, dans la version des Naufrageurs, le projet moderne des hommes et des femmes se formule différemment que dans la version biblique. La tour ne leur sert plus à se faire un nom, mais à toujours savoir « où ils sont au milieu de ce qui est ». Par ailleurs, dans la légende des Naufrageurs, il n’y a plus de dieu. Ce sont les hommes et les femmes qui mettent eux-mêmes à mal leur beau projet. Et l’effet de ce désordre n’est plus l’éparpillement sur la surface de la Terre, mais le naufrage de celles et ceux qui se lancent dans l’aventure migratoire. Un autre mythe antique apparaît alors en filigrane derrière la figure très actuelle des migrants de l’installation des Naufrageurs : l’errance héroïque d’Ulysse et de ses compagnons, perdus en mer Méditerranée entre les puissants Cyclopes et les dangereuses Sirènes.

Par ailleurs, dans mon exposition, « l’embabèlement » est non plus la multiplication des dialectes, mais la densification et la fragmentation du langage. Henri Meschonic, l’un des traducteurs de la Bible, parle à propos du verbe embabeler d’un verbe fantôme qui est le fantôme de la confusion. Certains mots que nous utilisons portent la trace de ce verbe fantôme. Les mots par lesquels on désigne l’accès au langage des jeunes enfants : le babil et le babillage, mais aussi ceux qui expriment une élocution confuse : balbutier, balbutiant, balbutiement. Un discours qui s’écroule sur lui-même, un langage en mille morceaux…

La question du langage est l’autre grande question de l’exposition. Quel est son pouvoir exactement ? Expliquer le monde ? Permettre aux humains de se comprendre entre eux ? Oui, certainement, mais si le langage est absolument nécessaire pour nous aider à nous repérer dans l’opacité des choses, il est également une source permanente de contresens et de malentendus. Immatériel et volatil, comme le sont les idées furtives et voyageuses, le langage est aussi une matière solide et palpable, noire et lourde comme l’encre du typographe. Les mots ont des bords, une matérialité d’objets physiques. C’est dans cette matière ambivalente que se proposent de trancher à la hache les Tailleurs d’histoires de la deuxième salle de l’exposition et du livre qui l’accompagne. Ils prennent les métaphores au pied de la lettre, ils confondent le propre et le figuré, ce sont parfois de vrais idiots. Mais ils savent aussi que le sens ne s’arrête jamais dans une forme fixe, que les possibilités du langage sont infinies et que l’on peut tout dire, y compris ce qui ne se dit pas.

Publication

Lancement le 3 septembre 2015 à 17 h, à VOX.

En parallèle du projet d’exposition, Clément de Gaulejac publie Les tailleurs d’histoires aux éditions La mauvaise tête. Disponible en librairie dès septembre 2015.

Expositions jeunesse

Bien que la littérature et le théâtre jeunesse soient des pratiques bien établies depuis plusieurs années, l’exposition d’art actuel pour un jeune public demeure un phénomène rare.

En 2013, VOX expérimente ce nouveau genre avec Lapincyclope, de Jonathan Plante qui obtient un vif succès. Cet accueil favorable témoigne d’un besoin véritable pour un jeune public, mais aussi de l’importance de développer chez lui une habitude de fréquentation des lieux de diffusion en arts visuels. Avec comme objectif de mieux servir les publics de demain, VOX renouvelle l’aventure avec un nouveau projet jeunesse, « Les naufrageurs » de l’artiste Clément de Gaulejac.

Les expositions jeunesse de VOX sont conçues par des artistes reconnus qui désirent se prêter au jeu de la création d’une œuvre dédiée à un groupe d’âge particulier. Elles sont réalisées dans un esprit de collaboration entre VOX, l’artiste et un médiateur spécialisé. Œuvres autonomes, ces expositions sont susceptibles d’intéresser un plus grand public, de tout âge.

Circulation

Cette exposition est disponible pour la circulation à compter de janvier 2016.

Lire plus