L’imaginaire radical : le contrat social

Milo Rau, Tribunal sur le Congo, film documentaire, image fixe, 2017, 100 min. Une production Fruitmarket et Langfilm, en coproduction avec IIPM – International Institute of Political Murder, SRF Schweizer Radio und Fernsehen – SRG SSR / ZDF, en collaboration avec ARTE. Distribué par Real Fiction et Vinca Film.

Milo Rau, Tribunal sur le Congo, film documentaire, image fixe, 2017, 100 min. Une production Fruitmarket et Langfilm, en coproduction avec IIPM – International Institute of Political Murder, SRF Schweizer Radio und Fernsehen – SRG SSR / ZDF, en collaboration avec ARTE. Distribué par Real Fiction et Vinca Film.

John Boyle-Singfield, Reconstitution, image fixe, 2015, vidéo, 90 min. Avec l’aimable permission de l’artiste.

John Boyle-Singfield, extrait de Terms of Service, 2013, 64 pages. Mélodies composées par Gentiane M.-Gagnon. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Jill Magid, The Proposal: The Exhumation, image fixe, 2016, vidéo HD, 6 min 7 s. Vue de l’exposition Unsettlement, Monash University Museum of Art (MUMA, Australie), du 28 avril au 7 juillet 2018.

Crédit : Andrew Curtis.

Jill Magid, Tracing Albers’ Chair, image fixe, 2014, vidéo, 4 min 58 s. Vue de l’exposition Homage, RaebervonStenglin (Zürich), du 26 avril au 6 juillet 2014.

Crédit : Gunnar Meier.
2018.09.13 - 12.15

Milo Rau, John Boyle-Singfield, Jill Magid et autres à venir...*

Commissaire
Marie J. Jean

Vernissage le 13 septembre 2018 à 17 h

*Les artistes participants seront progressivement dévoilé(e)s sur les platesformes Web de VOX au fil de l’été… Restez à l’affût !

L’imaginaire radical : le contrat social est le premier projet d’une série d’expositions sur l’Institution et son histoire, cherchant à comprendre comment les artistes s’y sont associés ou opposés pour peu à peu faire infléchir les positions qu’elle adopte. L’intention est d’observer une forme alternative de critique institutionnelle qui conçoit le système judiciaire, l’université ou encore l’économie comme un ensemble de formes processuelles, en transformation continue.

Le système judiciaire est l’institution observée dans ce premier volet. Les œuvres présentées mettent en question les outils et les concepts juridiques – règles, procédures, contrats, jurisprudence, procès – afin de révéler comment ils agissent sur l’art, son système et ses acteurs, tout en transformant les règles du jeu social. Non seulement les artistes s’approprient-ils les dispositifs juridiques, rendant manifeste leur dimension éthique ou politique, mais ils étudient aussi les codes invisibles qui les régissent – tels les enjeux entourant la propriété intellectuelle –, et qui transforment inéluctablement leur travail et les institutions dans lesquelles ils évoluent.